Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/02/2013

Une bombe atomique dans un sac à dos

Science & Vie n°810, mars 1985 (c'était la bonne vieille guerre froide).

PinUpEIDOSbombsaway.jpg

Des commandos américains, basés en Allemagne, sont équipés de véritables bombinettes qui laissent perplexe. Paradoxalement, en effet, il est difficile d'imaginer comment elles pourraient être utilisées.

Dans les années soixante dix, un Américain, sans doute un sénateur, avait souligné les dangers de ce qu'il baptisait la "stratégie de la valise" d'après lui, les Soviétiques pouvaient entasser des bombes atomiques aux quatre coins des Etats-Unis en les introduisant clandestinement dans de simples valises. Sa théorie ne suscita qu'une attention éphémère, parce que l'intérêt d'une telle stratégie semblait nul. Elle eut toutefois le mérite d'évoquer la question de la miniaturisation des armes nucléaires. Pouvait-on fabriquer des microbombes, quasiment portables dans la poche ?

On n'en est pas encore là, mais déjà la valise a cédé la place au sac à dos. Il trouve sa place entre un quart de bourbon et une ration K. Car si l'on en croit l'hebdomadaire Der Spiegel, il y aurait en RFA des commandos américains équipés de "sacs à dos atomiques". Ces unités, stationnées à Bad Toelz, en Bavière, et à la caserne Andrews de Berlin-Ouest, seraient prêtes en cas de guerre à franchir le Rideau de fer, transportant dans leur barda de quoi détruire, sinon une ville, du moins des ponts ou des tunnels.

L'information n'est pas neuve, diront les experts ; il y a environ 20 ans que ces armes, baptisées SADM (Special atomic demolition munition), sont réparties en Europe. De plus, sur les quelque 6 000 armes nucléaires entreposées dans les arsenaux de l'OTAN, celles ci sont les moins puissantes (de 0,01 à 1 kilotonne) ; alors, un peu plus un peu moins...

Pourtant, elles sont différentes, car elles seraient mises en oeuvre par des commandos dont l'efficacité, on l'imagine, tient avant tout à l'autonomie. Or, cela semble en contradiction avec la procédure d'emploi des armes nucléaires : décision prise au plus haut niveau, lente à prendre et à répercuter. L'existence de ces armes suscite deux questions. L'une est technique: quelle est la limite "physique" de miniaturisation d'une bombe ? L'autre, si l'on ose dire, pratique: quel rôle est assigné à ces armes ?

Loger une bombe atomique dans une boîte d'allumette n'est pas envisageable, du moins dans un avenir proche. Les armes nucléaires ne peuvent pas être rapetissées à volonté, parce que la réaction enchaîne qui entraîne l'explosion ne se produit que s'il y a une quantité minimale de matière fissile l'énergie dans une bombe A résulte de la fission d'un noyau, par exemple de plutonium (Pu 239) en deux fragments et deux ou trois neutrons.

Chaque nouveau neutron peut à son tour fragmenter un noyau et par conséquent créer des neutrons supplémentaires qui à leur tour cassent d'autres noyaux c'est une réaction en chaîne. Mais tous les neutrons ne participent pas à la fission: certains induisent des réactions différentes, d'autres s'échappent de la matière fissile. Or, pour que la réaction en chaîne se maintienne, il faut qu'au moins un, en moyenne, des neutrons produits à chaque fission provoque une autre fission. Dans le cas contraire, la réaction en chaîne s'arrête ; c'est donc le rapport des neutrons participant à la fission et des neutrons perdus (pour la fission, s'entend) qui détermine la réaction.



Pour l'essentiel, c'est la surface du matériau qui fixe les pertes en neutrons: un neutron qui atteint la surface s'échappe et ne provoque plus de fissions. Par contre, le nombre de fissions augmente avec la masse, donc avec le volume si la densité du matériau reste constante. Ce nombre peut devenir supérieur à celui des neutrons perdus. Car, quand la masse augmente, c'est proportionnellement au volume, c'est donc plus vite que la surface. Alors, pour une certaine masse, les neutrons de fission sont suffisamment nombreux pour que la réaction en chaîne continue ; c'est cette quantité que l'on appelle la masse critique.

De quoi dépend-elle ? En premier lieu du matériau fissile ; de sa composition (qu'il s'agisse d'uranium, de plutonium ou d'un mélange des deux), de sa densité et du nombre d'impuretés susceptibles de capturer des neutrons

La masse critique dépend aussi "d'arrangements" supplémentaires tels que des réflecteurs encerclant la masse fissile par exemple, l'uranium naturel fait un excellent réflecteur en entourant le matériau fissile, il joue un rôle de miroir vis-à-vis des neutrons qui s'en échappent. Résultat: la masse critique peut être divisée par deux ou par trois. Dans le cas du plutonium, la masse critique, qui est de 11 kg environ lorsqu'il est dans une phase métallurgique favorable, peut être abaissée à 5 kg avec un bon réflecteur.

Autre méthode: augmenter la densité du matériau ; car si la densité augmente, il y a plus de noyaux atomiques dans un même volume. Donc la probabilité pour qu'un neutron cogne sur un noyau fissile augmente, elle aussi. Avec un explosif chimique, on peut comprimer du plutonium et multiplier sa densité par un facteur parfois supérieur à trois. En fait cela permet de fabriquer une bombe atomique en utilisant une masse de plutonium qui est sous-critique donc qui ne peut pas exploser (c'est préférable si l'on veut stocker ces engins) tant que l'explosif chimique ne l'a pas comprimée jusqu'à un état super-critique.



Ce n'est pas le seul moyen de fabriquer une bombe ; il y a une méthode toute aussi générale qui consiste à scinder une masse de plutonium super-critique en deux parties sous-critiques séparées. Avec un explosif chimique, ces deux parties sont rassemblées au moment voulu. Avec ces quelques principes, on peut avoir une idée de la quantité de plutonium nécessaire, ou plutôt du volume qu'il remplirait avec, par exemple, une masse critique de 5 kg la densité du Pu 239 étant environ 19,5 g/cm3 (en phase favorable), on obtient un volume de 250 cm soit un cube de 6 cm environ de côté. En fait, il faut généralement plusieurs masses critiques pour obtenir une puissance convenable et empêcher la réaction de stopper tout simplement parce que si le nombre de noyaux fissionnés augmente, les noyaux fissiles diminuent, ce qui entraîne l'arrêt de la réaction au moment où la masse totale des noyaux fissiles devient inférieure à la masse critique.



Cependant une sphère de plutonium de quelques centimètres de diamètre peut en théorie être suffisante pour une explosion kilotonnique. Cela ne veut pas dire pour autant qu'une bombe peut avoir cette taille. D'abord, parce que plus la densité critique à atteindre sera élevée et plus il faudra d'explosifs chimiques pour comprimer le plutonium. Ensuite parce que, dans une bombe, il y a aussi un détonateur, des systèmes de sécurité, codeur, décodeur, etc. qui augmentent notablement son volume.

Voilà pourquoi la plus petite arme nucléaire existant, au moins officiellement, dans l'arsenal US atteint la taille sac à dos plus que sac à main. Cette arme est équipée d'une charge W-54 d'une puissance variable (0,01 à 1 kilotonne) ; cette charge pour aussi faible qu'elle soit par rapport à celles, mégatonniques, qui équipent certains missiles a un formidable pouvoir destructeur : à 800 m une explosion de 1 kilotonne provoque encore une surpression de 4,1 psi (1 psi = 700 kg/m2) capable de raser une maison, une onde de chaIeur de 3,8 calories/cm2 et des radiations de 670 rems.

Sven Ortoli

23/02/2010

Définir le fondamentalisme islamique dans le monde arabe

Définir le fondamentalisme islamique dans le monde arabe

Extrait d’une conférence prononcée à Bayreuth (avril 2006), dans la région lilloise pour l’Association Terre & Peuple Flandre/Artois/Hainaut (mars 2009) et à Genève (avril 2009)

Le terme fondamentalisme est aujourd’hui dans toutes les bouches, pas un jour ne passe sans qu’il ne soit prononcé ou écrit dans les médias, soit pour expliquer ou stigmatiser les manifestations d’un islam puriste à l’intérieur même de nos cités soit pour mentionner l’un ou l’autre attentat dans les zones en crise du globe.

Définition du fondamentalisme

Le fondamentalisme n’est pas un fait neuf. Il a une longue histoire. Le chercheur allemand Hans G. Kippenberger, qui s’inscrit, avec beaucoup d’autres, dans l’école sociologique de Max Weber, définit le fondamentalisme, qu’il ne réduit pas au fondamentalisme islamique, comme « le propre des religions abrahamiques », dès qu’elles sont confrontées à des réalités politiques qui ne procèdent pas d’elles, plus précisément à des réalités étatiques ou impériales aux racines plus anciennes ou aux racines plongeant dans un autre humus ethnique. En gros, au-delà de leur hostilité aux régimes politiques modernes, notamment aux nationalismes arabes laïcs, les fondamentalismes se dressent contre les syncrétismes impériaux réellement existants, contre les synthèses que constituent, par exemple, le compromis constantinien dans les empires romain et byzantin ou contre les synthèses que représentaient les empires perses islamisés des Bouyides ou des Samanides, qui avaient opéré un retour vers des éléments traditionnels de l’impérialité iranienne, ou contre l’empire ottoman lui-même, considéré comme truffé d’éléments grecs, induits par les phanariotes chrétiens au service de la Sublime Porte, ou d’éléments propres aux religiosités païennes et chamaniques turques, dérivées des origines centre-asiatiques des fondateurs seldjouks ou osmanlis de l’impérialité ottomane au Proche Orient et en Anatolie. Les fondamentalismes rejettent également les structures religieuses basées sur la vision païenne antique d’un panthéon ou, dans le cas de bon nombre de zélotes juifs ou chrétiens, rejettent la notion même d’Empire, le culte impérial que l’on retrouve à Rome dans les réformes d’Auguste ou dans le culte de Mardouk chez les peuples sémitiques de Mésopotamie.

Le fondamentalisme procède donc par exclusion : il exclut tout ce que son purisme religieux ou théologique ne peut ni ne veut assimiler ou accepter. Nous allons voir comment ce fondamentalisme s’articule dans l’islam. Dans le judaïsme, chez les Loubavitch actuels en Israël, ou dans le mouvement Gouch Emounim, nous avons affaire à un fondamentalisme religieux très virulent qui a épousé paradoxalement la cause sioniste dans ses aspects les plus militaristes et les plus militants, alors que les fondamentalistes classiques, issus de ce que la terminologie sioniste nomme le « vieux Yishuv », c’est-à-dire les petites communautés juives installées depuis des décennies sinon des siècles dans le Sandjak de Jérusalem et dans le Vilayet de Syrie de l’Empire ottoman, sont généralement pacifistes et hostiles au sionisme moderne : elles se perçoivent comme des communautés de prière, soustraites aux tumultes du monde et aux effervescences politiques séculières et accusent, ipso facto, le sionisme d’arracher le judaïsme à la quiétude qu’il connaissait dans les sandjaks et vilayets ottomans du Proche-Orient. Le fondamentalisme juif est donc partagé entre une aile antisioniste et pacifiste (le quiétisme d’un mouvement comme Neturei Karta, par exemple) et une aile néo-sioniste et combattive, d’émergence récente.

Chez les chrétiens protestants, principalement aux Etats-Unis dans l’électorat républicain de Bush, on se réfère à une tradition puritaine plus de trois fois centenaire, qui a apporté une première contribution originale à la future « nation américaine » avec les pèlerins du Mayflower, des fondamentalistes protestants chassés d’Angleterre, où ils semaient le trouble et rejetaient les principes constitutifs de la monarchie anglaise comme incompatibles avec le message biblique qu’ils entendaient incarner. Ils espéraient fonder un Etat, ou une communauté ou, mieux encore, une « Jérusalem nouvelle », selon leurs principes intransigeants sur le sol vierge de l’Amérique du Nord. Parmi les différentes facettes du fondamentalisme protestant américain actuel, nous trouvons un mouvement assez militant de « sionistes chrétiens » qui, bien que non juifs, veulent que Jérusalem soit aux mains des Israéliens le jour du Jugement Dernier, et non aux mains de musulmans jugés « impies ».

Processus d’exclusion

Nous disions donc que le fondamentalisme procède par exclusion. Quels sont dès lors les mécanismes de cette exclusion ? Ou comment cette exclusion peut-elle s’opérer dans la réalité complexe, mêlée et bigarrée du monde actuel, surtout du monde arabo-musulman contemporain ?

Premier élément nécessaire pour vivre l’exclusion, pour pouvoir se retrancher du monde corrompu par les syncrétismes et les « compromissions » : le « Youth Bulge », le trop-plein démographique, tel qu’il a été théorisé par le chercheur allemand Gunnar Heinsohn, disciple du démographe français Gaston Bouthoul. Le « Youth Bulge » procède du « Children Bulge » mais concerne plus spécifiquement la masse excédentaire des jeunes mâles de 15 à 30 ans, que la société ne peut absorber, ne peut encadrer : ces masses sont alors déclassées, mouvantes, mobilisables pour bon nombre de causes violentes. Elles consistent en une réserve militaire pour les Etats ou pour les mouvements intérieurs révolutionnaires. Le « Youth Bulge » est animé par la colère de ses innombrables ressortissants, qui reprochent aux institutions étatiques et politiques existantes de les avoir déclassés dans une société en voie d’urbanisation croissante, où l’exode rural vers les villes détache des millions de jeunes de leur cocon communautaire et villageois initial. C’est un phénomène, doublé d’un sentiment douloureux d’arrachement, que l’Europe a connu également dans le sillage de la révolution industrielle et de l’urbanisation dès la seconde moitié du 19ème siècle. Les mégapoles du tiers-monde, déstabilisées par le « Youth Bulge », se retrouvent partout : dans le monde islamique à Téhéran et à Beyrouth, en Afrique islamisée au Nigéria, à Lagos, en Amérique latine au Brésil ou au Mexique. En miniature, les banlieues françaises reproduisent ce schéma. Le chiffre de la population en Amérique latine a été multiplié par 7,5 entre 1900 et 2000, celui de la population de l’aire islamique par 8.  En Europe, à cause des saignées qu’ont constituées les deux guerres mondiales ou de l’émigration massive vers l’Amérique du Nord, l’Australie ou l’Argentine, il n’y a plus de « Youth Bulge », plus de masse mobilisable pour une entreprise politico-guerrière de grande envergure ou pour une révolution totale.

Dans les bidonvilles, les camps de réfugiés, les HLM, etc., qui réceptionnent la misère et le désarroi du « Youth Bulge », le fondamentalisme organise des réseaux sociaux et caritatifs, soulageant la misère morale et physique des déclassés. C’est le cas du Hezbollah au Liban ou du Hamas dans la Bande de Gaza. Les déclassés deviennent ainsi redevables, sont les créanciers moraux des mouvements fondamentalistes, et constituent dès lors une réserve de volontaires pour des actions purement politiques voire terroristes. Le « Youth Bulge » permet l’éclosion d’une masse démographique qui va d’abord viser la rupture avec le consensus dominant, à l’aide d’une idéologie radicale, et va ensuite créer une poche sociale « autarcisée » au sein des sociétés en place, qui se militarisera et amorcera le combat, contre l’Autorité palestinienne en Cisjordanie ou à Gaza aujourd’hui, contre le pouvoir du Shah hier ou contre le pouvoir légitime libanais, etc.

Une démarche religieuse et rigoriste très ancienne

Mais quelle est l’idéologie proprement dite de ce fondamentalisme islamique, celui qui préoccupe les plus nos contemporains ? Cette idéologie est très ancienne et cette ancienneté appelle une remarque préliminaire : le temps des fondamentalistes n’est pas le temps des hommes modernes. En d’autres termes, fondamentalistes et modernistes ne perçoivent pas le temps (historique) de la même façon. Dans ce contexte, la perception fondamentaliste du temps est une force : pour l’homme moderne, il « coule », « s’écoule » et rien ne revient jamais. Pour une société traditionnelle classique ou pour une société qui souhaite, par tous les moyens, revenir à des canons traditionnels, le temps passé est toujours présent : nous verrons qu’en Iran, les foules se battent toujours pour venger Ali ou Husseyn, les martyrs du chiisme duodécimain, et que les wahhabites saoudiens entendent vivre exactement comme à l’époque du prophète Mohammed, ou, du moins, hissent au niveau d’idéal indépassable le mode de vie arabe de cette époque éloignée.

Le temps avance, des mutations s’opèrent, des nouveautés venues d’autres horizons modifient les critères habituels de vie et, forcément, les Etats, royaumes ou empires islamiques adoptent, comme tous les autres, des éléments non arabes/non traditionnels, par syncrétisme et par nécessité. A un certain moment, à intervalles réguliers dans l’histoire du monde arabo-musulman, des esprits vont s’insurger contre ces syncrétismes, posés comme « impies ». Immédiatement après la première vague des conquêtes islamiques, après les batailles de Poitiers (732), où les Austrasiens de Charles Martel arrêtent la déferlante arabe, et de Talas (751), où le choc entre les armées musulmanes et chinoises tourne à l’avantage des premières mais résulte finalement en un statu quo territorial, nous assistons à un rejet des syncrétismes islamo-grecs, dans les anciens territoires soumis à Byzance, et des syncrétismes islamo-persans, dans l’aire des anciens empires perses.

Premier pilier du fondamentalisme contemporain : le fondamentalisme puriste d’Achmad Ibn Hanbal et de Taqi Ad-Dinn Ibn Taymiyah

Le théoricien de ce rejet est Achmad Ibn Hanbal (780-855), fondateur d’une tradition que l’on appelle de son nom, le « hanbalisme », principale source d’inspiration des mouvements dits « salafistes » en Afrique du Nord. Ibn Hanbal aura un disciple, Taqi Ad-Dinn Ibn Taymiyah (1263-1328), qui exhortera ses contemporains à imiter son maître.  Le hanbalisme repose sur quatre piliers :

◊ 1. Il ne faut pas utiliser de concepts philosophiques d’origine grecque ou persane dans l’islam. Ibn Hanbal refusait par conséquent tout glissement des institutions ou des pratiques vers des modèles byzantins ou perses, notamment dans les zones arabo-sémitiques de Syrie (ex-byzantines) et de Mésopotamie (ex-persanes). Ses disciples et lui ont été probablement alarmés de voir la Perse islamisée se « re-persifier » à partir du règne des dynasties bouyide et samanide (entre le 9ème et le 11ème siècle).

◊ 2. Il faut interpréter le Coran de manière littérale, sans apporter d’innovations car celles-ci pourraient charrier des éléments hellénisants ou perses, chrétiens ou zoroastriens.

◊ 3. Le croyant ne peut avoir d’ « interprétation personnelle » du message coranique, basée sur une « faculté de jugement » qu’il possèderait de manière innée. Les hanbalistes ne tolèrent aucune spéculation au départ du texte du Coran (ils s’opposeront ainsi à la tradition mystique d’un Ibn Arabî).

◊ 4. Les hanbalistes s’opposeront de même à toutes les formes de soufisme (sauf les formes simplifiées et abâtardies de soufisme, inspirées par les déobandistes au Pakistan, qui sont des fondamentalistes particulièrement virulents), parce que le soufisme véhicule des idées européennes, grecques, turques, mongoles, chamaniques ou perses, toutes antérieures à l’islam des origines.

Naipaul, Prix Nobel de littérature en 2007, déplore l’imitation des modes vestimentaires saoudiennes, préconisée par les fondamentalistes musulmans d’Indonésie et d’ailleurs, au nom de la « pureté » du message. Ces démarches vestimentaires indiquent une volonté de sortir du cadre indonésien initial, vernaculaire, pour adopter des façons de vivre étrangères, exotiques, au nom d’une foi figée et sourde aux différences du monde et, pire, à la différence que représente le vivier naturel des Indonésiens. Ce travers, dénoncé par Naipaul, se retrouve dans les banlieues d’Europe, et sert à marquer du sceau du hanbalisme, du salafisme ou du wahhabisme les villes européennes hébergeant de fortes minorités arabo-musulmanes.

Muhammad Ibn Al-Wahhab et le wahhabisme saoudien

La deuxième source du fondamentalisme islamique actuel est le wahhabisme saoudien, qui trouve son origine dans l’interprétation religieuse de Muhammad Ibn Al-Wahhab, né vers 1703, dans la province du Nedjd, au centre de la péninsule arabique. Une bonne compréhension de l’histoire du fondamentalisme islamique implique de connaître les subdivisions géographiques de la péninsule arabique :

Au Nord-Ouest, nous avons le Hedjaz, patrie de Hussein, allié des Britanniques pendant la première guerre mondiale. Son fils Fayçal combat sous la direction avisée de l’officier anglais T. E. Lawrence, dit « d’Arabie », envoyé par le « Bureau du Caire » pour lutter contre la présence turque ottomane. Le Hedjaz abrite les lieux saints de l’islam et professe un sunnisme non wahhabite. De la famille dominante de cette région sont issus les rois d’Irak (jusqu’en 1958) et de Jordanie.

Au Nord-Est et au Sud du Koweït se trouve la province d’Hassa, riche en pétrole mais à majorité chiite, donc hostile au wahhabisme saoudien. Cette province est proche des zones chiites de l’Irak et de la frontière iranienne.

Au Sud-Ouest, nous avons, au Nord du Yémen, la province d’Assir, sunnite mais pro-chiite, avec une extension dans le nord du Yémen, autour de la ville de Sanaa (ndlr : zone entrée en ébullition fin 2009).

Au centre, nous avons le Nedjd, dominé par le clan des Saoud, hostile aux sunnites du Hedjaz (pour des raisons tribales et pour une question de préséance) et aux chiites du Hassa. Les Saoudiens n’ont pas été les alliés des Britanniques lors de la première guerre mondiale : ils auraient pu le devenir si le « Bureau de Delhi » avait reçu le feu vert des autorités de Londres au lieu du « Bureau du Caire ». Les stratégistes de l’état-major anglais ont estimé à l’époque que les tribus du Hedjaz étaient plus proches du terrain, notamment du port d’Akaba, qu’elles prendront d’ailleurs avec Lawrence, et pouvaient aussi intervenir plus rapidement contre les voies du chemin de fer ottoman conduisant de Damas à Jérusalem et aux villes saintes. En pariant sur ces tribus, proches et disponibles, les Anglais pouvaient disloquer les communications ferroviaires ottomanes et contrecarrer l’acheminement de renforts turcs en direction de l’Egypte, du Canal de Suez et de la Mer Rouge.

Revenons à Muhammad Ibn Al-Wahhab. Son intention était de réactiver la tradition hanbaliste et de l’appliquer dans sa pureté doctrinale dans toute la péninsule arabique, terre initiale de l’islam émergeant au temps du Prophète. Cette intention s’inscrit dans un contexte historique bien particulier : l’empire ottoman est sur le déclin. Il a été ébranlé en ses tréfonds par les coups de butoir que lui ont asséné les armées impériales austro-hongroises du Prince Eugène de Savoie-Carignan. L’effondrement ottoman signifie, aux yeux d’Al-Wahhab et de ses contemporains, la faillite d’une synthèse, d’un syncrétisme islamo-turco-byzantin. Ils perçoivent dès lors cet effondrement comme une punition divine : les musulmans ont renoncé à la pureté coranique, ont adopté partiellement ou entièrement des mœurs, des coutumes ou des pratiques non arabiques, par conséquent, Dieu les a punis de leur infidélité et a donné, pour les mettre à l’épreuve, la victoire aux armes chrétiennes. Le premier souci d’Al-Wahhab est donc de revenir à la « tradition », à l’imitation pure et simple de l’islam initial, afin de redonner aux Arabes péninsulaires l’impulsion vitale qui avait sous-tendu leurs premières conquêtes contre les Perses et les Byzantins au 7ème siècle.

Sur le plan du culte, Al-Wahhab constate qu’il est désormais grevé d’impuretés et que les Arabes de son temps, dans la péninsule même qui a vu l’émergence de l’islam, reviennent à des rites pré-islamiques, notamment en retrouvant divers objets de culte, que le purisme wahhabite considèrera comme des manifestations d’idolâtrie.

Al-Wahhab justifie ensuite l’usage de la terreur, une terreur qui n’est pas tant dirigée contre les non musulmans mais essentiellement contre les chiites de la péninsule arabique. Il faut trouver là l’origine de plusieurs conflits contemporains : la rivalité arabo-perse dans le Hassa et le sud de l’Irak, les conflits internes à l’Irak disloqué depuis l’invasion américaine, le conflit dans la péninsule arabique elle-même entre crypto-chiites de l’Assir et du Nord du Yémen, d’une part, et sunnites wahhabites, d’autre part, les réticences à l’endroit du pouvoir saoudien dans la province pétrolifère du Hassa, etc.

Dans le cadre de cette hostilité fondamentale à toutes les manifestations de chiisme dans la péninsule arabique, Al-Wahhab s’insurge contre les pèlerinages vers des lieux sacrés (différents de ceux du Hedjaz, destination du « hadj » islamique), car ces pèlerinages vers des tombeaux de saints ou de poètes sont une pratique essentiellement chiite. L’objectif d’Al-Wahhab, outre théologique et religieux stricto sensu, est de purger la péninsule de toute force susceptible d’être activée par l’ennemi perse pluriséculaire. Normal : l’empire ottoman, affaibli et contraint de mobiliser toutes ses forces contre la Russie qui entend avancer ses pions en direction du Danube et des Balkans, de la côte septentrionale de la Mer Noire et du Caucase, est dans l’incapacité de s’opposer efficacement aux menées wahhabites dans un espace quasi désertique de moindre importance stratégique, où les Anglais n’ont pas encore débarqué au Yémen (ce qu’il feront quelques années après Waterloo et la fin de l’épopée napoléonienne). L’ennemi potentiel perse demeure au regard d’Al-Wahhab le danger principal : c’est lui qui pourrait déboucher dans la péninsule arabique en profitant des faiblesses ottomanes et y remplacer le pouvoir sunnite abâtardi de la Sublime Porte par un pouvoir chiite, après annexion des zones chiites de la Mésopotamie méridionale et du Hassa.

Pour donner forme à ce retour à la pureté imaginaire d’un islam initial, Al-Wahhab demande à ses adeptes de traquer toutes les formes de religiosité au quotidien qu’il assimile à de l’idolâtrie ou à de mauvaises pratiques ou, plus simplement encore, à des pratiques inconnues au temps du Prophète : chapelets, tabac, musique et danse sont interdits. Pour la musique, signalons tout de même que la quintessence de l’identité européenne, au-delà de la culture classique et des éléments de christianisme qui l’ont modifiée, se manifeste, à partir de Jean-Sébastien Bach, dans la musique classique, une musique que ne goûtaient guère les puritains protestants. Une transposition de cette phobie hostile à la musique en Europe occidentale constituerait une attaque inacceptable contre l’identité européenne. L’interdiction de la danse vise essentiellement une tradition turco-mongole et chamanique incluse dans les pratiques de l’islam en territoire ottoman, sous la forme de la chorégraphie sacrée des derviches, notamment des derviches tourneurs de Konya en Anatolie. Enfin, Al-Wahhab préconise le port obligatoire de la barbe pour les hommes, pratique que reprennent les fondamentalistes déclassés de nos cités et banlieues, dans un esprit de « monstration » et d’exhibitionnisme purement exotérique. On constate également que musique, dessin, danse et gymnastique se voient parfois régulièrement rejetés par des élèves directement ou indirectement influencés par le wahhabisme ou le salafisme dans nos écoles.

Le mouvement Ikhwan en Arabie Saoudite

Dans le cadre du wahhabisme, il convient de citer, à titre de troisième pilier du fondamentalisme islamique contemporain, le mouvement « Ikhwan » dans l’Arabie Saoudite du 20ème siècle. Al-Wahhab et les ancêtres des Saoud avaient été les alliés de Napoléon contre les Anglais qui s’étaient assurés le soutien des Ottomans et des Perses. Après la défaite de Napoléon à Waterloo, les Ottomans et les Egyptiens vont se venger cruellement : au début du 19ème siècle, la péninsule arabique a été littéralement ratiboisée par les armées ottomanes et égyptiennes, qui comblent les puits, ravagent les agglomérations et massacrent un bon nombre d’habitants. La péninsule sombre alors dans l’anarchie, pour quelques décennies. Ibn Séoud, souverain d’un territoire tribal jouxtant le Nedjd, impulsera la renaissance de l’arabisme péninsulaire et du wahhabisme. Son ouvre politique de reconquête et de réorganisation d’une péninsule ravagée par la vengeance ottomane et égyptienne commencera par la soumission à son autorité du territoire du Nedjd. A partir de ce moment-là, Ibn Séoud réorganise politiquement le cœur de la péninsule arabique. Deux historiens célèbres de l’entre-deux-guerres, qui lui consacreront des ouvrages serrés et copieux, le Français Jacques Benoist-Méchin et l’Allemand Anton Zischka, jugent l’œuvre d’Ibn Séoud très positive, dans la mesure où ce souverain avisé a admis que le nomadisme traditionnel des Arabes péninsulaires ne générait que l’anarchie et a voulu, de ce fait, sédentariser les tribus, en lançant un programme de sédentarisation porté par l’idée d’un soldat/colon, animé par le rigorisme wahhabite. Ce mouvement s’appelle l’Ikhwan : il militarise la religion d’une manière plus systématique et encadre plus positivement l’impétuosité tribale des Arabes péninsulaires ; Ben Laden s’en inspirera, à la suite des Palestiniens des années 30, dont le premier mouvement de résistance armée, contre les sionistes et les Britanniques, s’appellera l’ « Ikhwan Al-Qassam », ou « Fraternité militaire Al-Qassam », du nom d’un combattant tombé dans une embuscade de l’armée anglaise. Cependant, le mouvement  —qui s’apparente in fine à des mouvements similaires de colonisation agricole de zones en friche en Europe, notamment celui des Artamanen en Allemagne ou dans les zones de Pologne ou de Roumanie, où s’étaient implantées des minorités paysannes allemandes, ou au sionisme militant des premiers kibboutzim—   sera immédiatement dissous, dès la victoire totale d’Ibn Séoud sur l’ensemble de la péninsule arabique, dès la réémergence d’un Etat saoudien dans les frontières qu’on lui connaît encore aujourd’hui.

Les frères musulmans en Egypte

Quatrième pilier du fondamentalisme islamique actuel et source d’inspiration de ses émules contemporaines : le mouvement des frères musulmans, né en Egypte à la fin des années 40. Son fondateur fut Hassan Al-Banna. Son objectif ? Mettre fin à l’inféodation à l’Occident des pays arabes, avec l’instrument de la ré-islamisation, portée par une « phalange » (kata’ib). L’idéologie baptisée « phalange » est donc islamiste en Egypte, alors qu’elle est chrétienne maronite au Liban et inspirée par la Phalange catholique espagnole. En 1949, Al-Banna est abattu par la police dans la rue, lors d’une manifestation où la foule lynchait des soldats britanniques. Détail intéressant à noter : Al-Banna a été au départ un intellectuel occidentalisé, qui avait étudié aux Etats-Unis. A son retour en Egypte, il rejette l’occidentalisation, plaide pour un retour à un rigorisme islamique strict. Dans un premier temps, il sympathise avec les « officiers libres » rassemblés autour de Gamal Abdel Nasser puis s’opposera à celui-ci qui devra affronter deux adversaires : les frères musulmans et les communistes. Ces deux forces feront donc cause commune contre Nasser, ennemi des Etats-Unis.

Les frères musulmans constitueront toutefois la principale force anti-nassérienne. Le leader nationaliste égyptien s’inspirait des nationalismes européens du 20ème siècle, ce qui, aux yeux des rigoristes musulmans, constituait une démarche « impure ». Résultat : les frères musulmans combattent ce régime national arabe, parce qu’il est syncrétisme, et deviennent ipso facto, volens nolens, les alliés objectifs des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne et d’Israël. Leurs actions ont notamment empêché l’Egypte de devenir le leader naturel du monde arabe après la défaite de 1967, face à l’armée du général israélien Moshe Dayan.

L’Egypte des années 50 et 60 a été le théâtre d’une guerre civile larvée. En 1955, un an après la montée au pouvoir des « officiers libres » et de Nasser, le mouvement des frères musulmans est dissous. Plusieurs exécutions s’ensuivent. Le nouveau leader des frères musulmans, après la mort d’Al-Banna, a été Sayyib Qutb (1906-1966). Il oriente le discours des frères musulmans vers une forme originale d’islamo-socialisme, avec références hanbalistes. La grande innovation de son discours est l’appel à la djihad contre les gouvernements musulmans jugés « déviants » ou « hérétiques » : cette approche, propre de la pensée de Qutb, inspire encore et toujours les djihadistes marocains et algériens (FIS) et les fondamentalistes saoudiens s’inscrivant dans le sillage de Ben Laden. Cette notion de djihad et ce soupçon permanent jeté sur les formes contemporaines d’Etat dans le monde arabo-musulman est un facteur de guerre civile systématique. Animés par cet esprit djihadiste, les adeptes de Qutb s’opposent donc à Nasser, qui finit par emprisonner, juger et condamner à mort leur leader. Sayyib Qutb est pendu en 1966. Cette exécution ne résout nullement le problème politique des frères musulmans en Egypte : ils demeurent un facteur dangereux pour l’Etat égyptien.

CONCLUSION :

Tout esprit européen animé par ce que j’appelerais ici un « rationalisme vitaliste/historique » peut comprendre l’importance et la pertinence d’un fondamentalisme islamiste dans la péninsule arabique, ou du moins en son centre, le Nedjd, car, de toute évidence, l’islam des origines et l’œuvre politique d’Ibn Séoud, participe d’une logique vitale, d’une volonté rationnelle et intelligente de désenclavement des tribus autochtones du Nedjd. Un débordement hors du Nedjd mais limité à la péninsule arabique, également comme du temps de Mohammed ou du temps d’Ibn Séoud, peut s’expliquer par la volonté d’abriter la péninsule tout entière des convoitises étrangères, d’y sécuriser les voies de communication caravanières et de l’arracher à tout dissensus religieux. Hors de cette péninsule, il est impossible d’exiger le purisme hanbaliste ou wahhabite, sous peine de disloquer des stabilités existantes, comme le constataient les dirigeants égyptiens ou ottomans au début du 19ème siècle, quand ils ont ordonné leur œuvre de destruction dans la péninsule arabique. Les nationalismes arabes, transconfessionnels dans des pays à large majorité musulmane ou au sein de la nation palestinienne plurielle et disloquée, participaient d’une rationalité politique « vendable » en dehors de l’écoumène arabo-musulman, dans le contexte des Nations Unies, de l’UNESCO ou de l’OMS, ou, antérieurement à celles-ci, aux diverses instances internationales, comme l’Union Postale, etc.

Tout pays arabe, sans renoncer à l’Islam mais sans pour autant le « fondamentaliser », pouvait devenir un interlocuteur valable dans le concert des nations. Tout pays, recourant à des fondamentalismes, se place en dehors du concert international, c’est-à-dire en dehors du concert des nations indépendantes et souveraines. Les Etats-Unis, en laissant une large place au fondamentalisme protestant et en déchainant le fondamentalisme néolibéral, en créant, de toutes pièces et de concert avec des éléments saoudiens, un nouveau fondamentalisme islamiste, sunnite et wahhabite en Afghanistan pour lutter contre l’URSS, sont les premiers responsables de la dislocation de ce concert d’entre les nations. Les Etats-Unis ont certes été la puissance instigatrice de la formation des Nations Unies, de l’UNESCO et de l’OMS : ils ont aussi été les premiers à les dénoncer et les rejeter, lorsque ces instances contrariaient leurs projets ou constituaient un frein à la pandémie néolibérale qu’ils appelaient de leurs vœux. Les fondamentalistes islamistes qui poursuivent leurs actions, à la suite des encouragements américains, contre les Etats nationaux arabes ou musulmans, participent à la logique qui sous-tend la Doctrine Bernard Lewis, reprise par Zbigniew Brzezinski : c’est une doctrine qui vise la balkanisation maximale de tout le Grand Moyen Orient (Corne de l’Afrique comprise). On le voit en Somalie, Etat failli et disloqué, partagé en trois morceaux, un Nord, un Puntland et un Sud. On le voit dans la guerre civile larvée entre Fatah et Hamas dans l’entité palestinienne et à Gaza. On le voit au Liban depuis 1975. On le voit en Irak, où le pays est virtuellement divisé en trois entités antagonistes. Enfin, on s’en aperçoit lorsque circule la carte-projet de Ralph Peters, un stratégiste américain, issu de l’écurie néo-conservatrice de l’équipe Bush II. Peters entend « redessiner le Moyen Orient », de la Méditerranée à l’Indus, en créant de nouvelles entités étatiques comme le « Kurdistan libre », le Baloutchistan, en unissant le Hassa et le Koweït, les provinces chiites de l’Irak et le Khouzistan arabophone d’Iran, aux dépens de l’Iran, de la Turquie, du Pakistan et de la Syrie, tout en démantelant l’Arabie saoudite. L’objectif avoué ? Eliminer les frontières de sang, en rassemblant ethnies et confessions au sein d’identités étatiques homogènes. Or cette homogénéité n’a jamais existé au Moyen Orient et même le moins informé des stratégistes américains d’aujourd’hui doit le savoir. Dès la fin de la protohistoire, les peuples s’y sont télescopés, y ont fusionné, créant de la sorte une macédoine inextricable qu’aucun intellectuel, fût-il un élu de l’équipe Bush II, ne pourra jamais démêler en dessinant une nouvelle carte. La fragmentation des entités existantes créera non pas la paix mais sera source de nouveaux conflits et de nouveaux irrédentismes. La solution pour le Moyen Orient est une solution impériale et syncrétique qui ne pourrait tolérer ni le « fragmentationnisme » ni le fondamentalisme, qui en est le vecteur idéal aux yeux de ceux qui, justement, veulent la fragmentation totale.

Enfin, last but not least, les nations européennes ne peuvent tolérer de voir leurs héritages, coutumes, pratiques quotidiennes, modes d’enseignement, traditions philosophiques, modes alimentaires ou culinaires, etc. rejetés et démonisés au nom de la notion de « jalilliyah », surtout sur le territoire européen lui-même. Si le racisme, en tant que rejet de coutumes non condamnables sur le plan moral ou éthique, de personnes concrètes, ou en tant qu’a priori, est une attitude à maîtriser et à houspiller hors des règles de bienséance conviviale ou diplomatique, une notion comme celle de « jalilliyah », qui rejette, elle aussi, des modes de vie non condamnables sur les plans éthique et moral, diabolise des personnes et véhicule des a priori non fondés ou veut les faire traduire dans la réalité quotidienne par des attitudes violentes, doit retenir l’attention égale, sinon plus vigilante, du législateur, vu sa virulence plus grande, en l’état actuel des choses, que le vieux racisme, battu en brèche et en réel recul.

Robert STEUCKERS ;

(rédaction finale : février 2009).

Bibliographie :

Jean-Marc BALANCIE / Arnaud de la GRANGE, Les nouveaux mondes rebelles – Conflits, terrorisme et contestations, Ed. Michalon, Paris, 2005.

Antoine BASBOUS, L’Arabie saoudite en question, Perrin, Paris, 2002.

Latifa BEN MANSOUR, Frères musulmans, frères féroces – Voyage dans l’enfer du discours islamiste, Ramsay, Paris, 2002.

Jacques BENOIST-MECHIN, Un printemps arabe, Ed. Albin Michel, Paris, 1959.

Christian BOUCHET, B.A.-BA de l’Islamisme, Pardès, Puiseaux, 2002.

Hans BRÄKER, Es wird kein Friede sein – Der islamische Orient im Zangengriff von West und Ost, Artemis-Winkler, München/Zürich, 1992.

Jean-Charles BRISARD – Guillaume DASQUIE, Ben Laden – La vérité interdite, Denoël/coll. Impacts, 2001.

John COOLEY, CIA et Jihad – 1950-2001 – Contre l’URSS, une désastreuse alliance, Autrement, Paris, 2002.

Bruno ETIENNE, L’islamisme radical, Le Livre de Poche, coll. Biblio/Essais, n°4103, 1987.

Gunnar HEINSOHN, Söhne und Weltmacht – Terror im Aufstieg und Fall der Nationen, Orell Füssli, Zürich, 2003.

Dilip HIRO, Islamic Fundamentalism, Paladin, London, 1989 (2nd ed.).

Godfrey H. JANSEN, Militant Islam, Pan Books, London/Sidney, 1979.

Gilles KEPEL, La revanche de Dieu – Chrétiens, juifs et musulmans à la reconquête du monde, Seuil, Paris, 1991.

Gilles KEPEL, Jihad – Expansion et déclin de l’islamisme, Gallimard, coll. « Folio/Actuel », n°90, 2000.

Hans G. KIPPENBERG, Gewalt als Gottesdienst – Religionskriege im Zeitalter der Globalisierung, C. H. Beck, München, 2008.

Lutz KLEVEMAN, The New Great Game – Blood and Oil in Central Asia, Atlantic Books, London, 2003.

John LAFFIN, The Dagger of Islam – An invaluable guide to the most explosive force on today’s world scène, Sphere Books, London, 1979.

Ali LAÏDI / Ahmed SALAM, Le Jihad en Europe - Les filières du terrorisme islamiste, Seuil, Paris, 2002.

Rüdiger LOHLKER, Dschihadismus – Materialen, UTB/Facultas Verlag, 2009.

Martin E. MARTY / R. SCOTT APPLEBY, Herausforderung Fundamentalismus – Radikale Christen, Moslems und Juden im Kampf gegen die Moderne, Campus, Frankfurt a. M., 1996.

Zidane MERIBOUTE, La fracture islamique : demain, le soufisme ?, Fayard, Paris, 2004.

David NICOLLE, Atlas historique de l’islam, Maxi-Livres, 2004.

Laurent-Artur du PLESSIS, Islam/Occident – La guerre totale, SELD/Jean-Cyrille Godefroy, Paris, 2004.

Martin RIESEBRODT, Fundamentalismus als patriarchalische Protestbewegung, J. C. B. Mohr, Tübingen, 1990.

David RIGOULET-ROZE, Géopolitique de l’Arabie saoudite, Armand Colin, Paris, 2005.

Arthur ROCK, Ibn Saud gründet das Gottesreich Arabien, Verlag Reimar Hobbing, Berlin, 1935.

Anton ZISCHKA, Die Auferstehung Arabiens – Ibn Sauds Weg und Ziel, Wilhelm Goldmann Verlag, Leipzig, 1942.

22:27 Publié dans Action psy | Lien permanent | Commentaires (0)

Les leçons de la crise libyenne

Les leçons de la crise libyenne

La division et la compromission des Européens ne paient pas face aux dictateurs

par Alexandre del Valle

Article paru dans France soir le lundi 22 février 2010

En apparence, le différend euro-libyen a été provoqué par la publication d’une liste noire de 188 Libyens interdits de visa pour la Suisse. Parmi eux toute la famille Kadhafi et la nomenclatura du régime. En réponse, le “Guide” libyen a suspendu les visas pour les citoyens européens, excepté la Grande Bretagne, qui n’est pas membre de l’espace européen Shenghen de libre-circulation. Une mesure qui touche donc des pays comme l’Italie ou la France qui ont signé avec la Libye des accords incluant investissements, lutte contre la criminalité, et immigration clandestine. Il est vrai que les accords avec les pays d’où arrivent les clandestins sont une condition de “l’immigration choisie”. Et c’est pour les préserver que l’Italie a proposé ces jours-ci "l'émission d’un visa valable pour l’espace européen de Schengen sauf pour la Suisse, afin que les problèmes helvéto-libyens ne “polluent” pas les relations euro-libyennes. En fait, l’origine réelle de la crise remonte à juillet 2008, lorsque le fils du « Guide » Kadhafi, Hannibal fut arrêté quelques heures par la justice suisse pour avoir battu des employés d’un hôtel de Genève. En riposte, la Libye fit arrêter deux hommes d’affaires suisses et exigea les excuses du président suisse Hans-Rudolph Mertz, qui refusa initialement. Kadhafi père appela alors à "démemrer" la Libye, Hannibal parla d’atomiser la Suisse”, Tripoli menaçant de retirer les avoirs libyens... Le reste de l’Europe ne se montra guère solidaire, Berlusconi proposant même d’investir l’argent libyen retiré de Suisse dans les banques italiannes...Abandonné par ses voisins européens, Rudolph Mertz fint par s’excuser à Tripoli pour une “faute” jamais commise et bien qu’Hannibal échappa à la condamnation prévue. Malgré cela, la Libye a redoublé de menaces contre la Suisse et a exiger toujours plus de millions d'euros en échange de la libération (diférée) des deux otages suisses. Morale de l’histoire: céder aux menaces d’une dictature fondée sur les rapports de force ne paie pas, et la division européenne a encouragé Tripoli à s'acharner contre la Suisse qui n'a fait que répondre à la séquestration de ses citoyens par la mesure des visas initiée d'ailleurs en juin dernier. Ceux qui invitent les Suisses à s’excuser à nouveau pour "calmer Kadhafi" oublient que depuis que son pays a été réintroduit dans le concert des nations, le Guide mégalo et irrascible n’a jamais demandé pardon, ni pour les attenats terroristes qu’il a commandités dans le passé, ni pour ses rèves d'arabo-islamiser l’Afrique noire, ni pour avoir lancé un missile sur la Sicile dans les années 80, ni pour son soutien en faveur de la dictaure mlitaro-islamiste du Soudan, coupable du génocide de 2 millions de noirs-chrétiens (sud) et du massacre de 300 000 civils (Darfour). Lorsque Khadafi accuse les Européens de “persécuter” les musulmans en Europe, il s’agit d’une vraie farce: il ne s’est jamais repenti d’avoir expulsé en quelques jours dans les années 90 des milliers de Tunisiens. Et on sait comment sont traités les clandestins noirs transitant par la Libye... Déculpabilisé, Khadhafi ne culpabilise jamais de précher la haine envers les non-musulmans et l’Occident qu’il rêve d’islamiser. Ainsi, il déclara à Tombuctu, le 10 avril 2006, devant les télévisions d’Al-Jazeera: "L'Europe et les Etats-Unis devront soit devenir musulmans soit déclarer la guerre aux musulmans, car tout le monde doit devenir musulman. (...). Il y en a déjà 50 millions de musulmans en Europe. C’est le signe qu’Allah veut le triomphe de l'Islam en Europe (...). Ces 50 millions transformeront l'Europe en un continent musulman (...). A peine un an après avior été réintroduit dans le concert des nations, Kadhafi déclara lors du sommet de Lisbonne entre l’Union européenne et l’Afrique, (8-9 décembre 2007), que “les Européens ont le choix entre payer des réparations pour les ressources volées pendant la cononisation en Afrique, ou se préparer à accueillir les immigrants africains”. Une allusion aux clandestins que la Libye laisse passer, en terme clair un énième racket en vertu duquel l’Italie doit verser chaque année des “réparations” pour ne pas que ses îles (Lampedusa) soient submergées par les immigrés illégaux. En réalité, l’affaire des visas nous rappelle que des accords ne sont jamais surs avec une dictature islamo-révolutionnaire comme la Libye, qui annule de facto l’accord ou « trêve » (hudna) conclue avec le pays « infidèle-impérialiste », ou comme l’Iran, qui fait tourner en boutique l’ONU et l’Occident depuis 2006 concernant le dossier nucléaire. Et que la haine revancharde des anciens pays colonisés est loin d’être calmée, de la Libye à l’Amérique latine, où les thèmes des « réparations » et de la « faute » que l’Occident devrait payer indéfiniment sont les prétextes d’un chantage psychologique et d’un racket collectif jamais rassasiés. Plus que jamais, il convient de répéter de Nicolas Sarkozy « Halte à la repentance », car la repentance est l’arme de guerre favorie et le cheval de Troie psychologique des ennemis de l’Occident.

20:31 Publié dans Action psy | Lien permanent | Commentaires (0)

09/01/2010

La libération de la parole affole les censeurs

 

Pinup3.jpg

Rioufol : La libération de la parole affole les censeurs

 

8 janvier 2010

Il va être difficile, en 2010, de ­faire taire le peuple. Les censeurs, qui insultent à tours de bras ceux qui, de plus en plus nombreux, refusent d’emprunter leurs parcours fléchés, ne stopperont pas la libération de la parole, dont s’effrayent SOS-Racisme et ses élèves. La glasnost tant attendue s’impose comme l’acquis politique de 2009. Les pandores ont raison de craindre cette révolution : ils y laisseront des plumes. Les épurateurs éthiques vont beaucoup hurler, en agitant Vichy, la Shoah et autres outrances. Mais ils n’empêcheront plus de penser autrement. Cela ressemble déjà à une délivrance.

Drôles de démocrates que ces “progressistes” qui ne supportent pas la parole des autres. Après avoir injurié les Suisses, coupables de s’être prononcés par référendum contre les minarets, ils réclament l’arrêt du débat sur l’identité nationale, qualifié de nauséabond, raciste, islamophobe. Éric Besson, ministre de l’Immigration, a eu beau jeu de leur faire remarquer, mardi, la bonne tenue des commentaires. “Le débat ne se focalise pas sur l’immigration et l’islam”, s’est-il même défendu. Serait-ce donc honteux d’aborder ces sujets ? Ces tabous, qui dissimulent d’évidentes difficultés, sont devenus incongrus.

Le politiquement correct est tellement enraciné chez nos mandarins, que s’annoncent, de leur part, des résistances à la mesure des audaces des affranchis. Mais la pensée obligée traîne trop d’échecs, dont l’obamania n’est qu’un aperçu, pour prétendre encore à l’exemplarité. Ce qui aurait pu être un utile code de civilités s’est mué en une idéologie au service des minorités. La dérive autoritaire de ce conformisme, créateur de délits d’opinions et de lynchages, l’a rendu insupportable. Internet, “bénédiction pour la démocratie française” (Raymond Boudon, Le Figaro, lundi) donnera-t-il le coup de grâce à l’oligarchie ?

Les bilans désastreux des doctrinaires et de leurs perroquets devraient les inciter à la modestie. La déculturation, le surendettement, la désindustrialisation ne sont toujours pas au cœur de leurs préoccupations alors que ces déclins désespèrent les gens. Les élites ne voient-elles pas qu’elles parlent le plus souvent dans le vide ? Leur discrédit est tel que même le discours maternant de l’État sur la nécessité de se faire vacciner contre la grippe A n’a pas été jugé crédible par une majorité de Français. Quand un pays rechigne ainsi, il faut l’écouter dare-dare.

“Pas de Français de souche”

Éric Besson, qui aura tenté brièvement de s’échapper du moule, est-il certain d’avoir bien entendu les Français et de parler en leur nom ? Lundi, à La Courneuve, il a dit : “La France n’est ni un peuple, ni une langue, ni un territoire, ni une religion, c’est un conglomérat de peuples qui veulent vivre ensemble. Il n’y a pas de Français de souche, il n’y a qu’une France de métissage.” Mais qui a décidé de ces bouleversements qui coupent les racines d’un trait de plume ? Personne, sinon ces mêmes faiseurs d’opinion. C’est à eux que s’adresse le ministre en leur récitant, pour preuve de sa reddition après l’épreuve du feu, que la France n’est riche que de sa nouvelle diversité (voir mon blog). Le terrorisme intellectuel des coupeurs de têtes a décroché là son premier trophée de l’année.

“Diversité signifie déraciner les vieilles traditions qui excluent les gens et entravent la liberté des nouveaux ­venus”, écrit Christopher Caldwell dans un livre dérangeant qu’aucun éditeur français n’ose à ce jour traduire ni publier (Reflections on the ­Revolution in Europe). Journaliste au Financial Times, il est sur la liste noire de l’Inquisition : elle ne lui pardonne pas d’aborder la difficulté que rencontre l’Europe avec l’islam et de répondre par la négative à la question : le Vieux Continent peut-il rester le même avec en son sein des peuples différents ? Mais c’est ce que Besson semble admettre quand il renonce à maintenir un seul peuple en une nation. Ce réalisme est défendable, même s’il s’apparente à un renoncement. Mais que reproche-t-il au juste aux “Français de souche” ?

En fait, les palinodies sur l’identité nationale rendent le discours public de plus en plus incohérent. L’immigration est présentée comme un non-problème, mais il est aussi admis qu’elle en pose beaucoup ; l’islam demeure intouchable de peur de stigmatiser les musulmans (la critique du christianisme ou du Pape est, elle, sans limite) cependant que la burqa est devenue indésirable ; le chef de l’État parle d’”assimilation” et son ministre de l’Immigration de “conglomérat de peuples”. Quant au nationalisme, qui serait différent de la défense de la nation, il ne serait une vertu que quand les Palestiniens ou des peuples anciennement colonisés s’en réclament. Qui comprend ?

Alléger les concours ?

Et qui comprend le gouvernement quand il assure ne pas vouloir de quotas dans les grandes écoles… tout en y défendant l’objectif de 30 % de “boursiers” ? Au nom de la non-discrimination, mot phare du nouveau catéchisme, Luc Chatel et Valérie Pécresse se sont dits en effet favorables, cette semaine, à une réflexion sur un allégement du contenu des concours de sélection (surtout en anglais et en culture générale) dans l’enseignement supérieur. Un tombereau de calomnies, amorcées par Richard Descoings, directeur de Sciences Po, est alors tombé sur la Conférence des grandes écoles, qui a dit craindre, avec cette formule, une baisse du niveau des connaissances. Quoi ! Oser défendre l’élitisme ! Cependant, il est à parier que, là aussi, le bon sens des Français aurait des choses à dire à cette pensée unique que Philipe Séguin, mort hier, détestait tant. Le Figaro

08:34 Publié dans Action psy | Lien permanent | Commentaires (0)

28/10/2009

Chaîne du meurtre

Un juge italien découvre le gène du meurtre

La Cour d'Appel de Trieste a invoqué une «vulnérabilité génétique» prédisposant à la violence pour accorder une réduction de peine d'un an à un meurtrier d'origine algérienne.

MAEL INIZAN

Le gène du meurtre existe-t-il ? Une Cour d’Appel italienne vient d’accorder une réduction de peine à un assassin d’origine algérienne, en invoquant une «vulnérabilité génétique» qui le prédisposerait à un comportement agressif. Une première en Italie.

Condamné à 9 ans et deux mois de prison pour avoir poignardé un Colombien de 32 ans, à Udine, en mars 2007, Abdelmalek Bayout a vu sa peine réduite d’un an après s’être soumis à une analyse ADN «innovante». «On a découvert chez le sujet une série de gènes qui le prédisposeraient à faire preuve d’agressivité s’il venait à être provoqué ou à être exclu socialement», résume le site Internet du quotidien Il Giorgnale.

Une prédisposition sociale et génétique au meurtre

L’héritage social, mais surtout, pour la première fois en Italie, le patrimoine génétique ont été reconnus par Cour d’Appel de Trieste comme des circonstances atténuantes. Le soir du meurtre, la victime a agressé son meurtrier, le traitant notamment de «pédé». Des insultes qui, pour les juges, expliquent en partie la réaction disproportionnée de cet homme d’origine algérienne et musulman pratiquant. Se référant à une étude britannique du Nuffield Council on Bioethics, «Génétique et comportement humain: le contexte étique» (2002), la Cour a considéré qu’Abdelmalek Bayout présentait une prédisposition, à la fois sociale et mais également génétique, au meurtre.

Selon une application totalement inédite de l’article 62 du code pénal italien, qui définit les circonstances atténuantes, les juges ont considéré que la réaction violente de l’accusé a été «déclenchée par le déracinement causé par la nécessité de concilier le respect de la propre foi islamique intégriste avec le mode de vie occidental». Mais, surtout, elle a été exacerbée par des éléments de son patrimoine génétique «qui, selon de nombreuses recherches internationales, augmentent de manière significative le risque de développer un comportement agressif impulsif», écrit, le juge Pier Valerio Reinotti dans ses conclusions. Un héritage «socio-biologique» qui justifie alors, pour la Cour, une réduction de peine d’un an.

«Un non-sens scientifique»

«C’est un non-sens scientifique», s’exclame Catherine Vidal, neurologue et directrice de recherche à l’institut Pasteur, réfutant tout consensus dans la communauté scientifique sur l’existence de gènes de la criminalité ou de l’agressivité. Selon elle, il existe effectivement des études qui montrent des corrélations entre certains gènes et des comportements, mais sans pour autant prouver une véritable relation de cause à effet. «De toute façon, ces études sont réalisées sur des grands échantillons, sur des bases statistiques. Elles ne peuvent en aucun cas prédire un comportement violent chez un individu particulier qui comparait devant un tribunal», prévient-elle.

Co-auteur de Nos enfant sous haute surveillance (Albin-Michel 2009), elle s’inquiète d’une «dangereuse dérive» qui tend à vouloir invoquer les sciences dans des domaines où elles n’ont pas vocation à l’être. De son côté, Eve Mongin, avocate française en Italie, n’est pas surprise de cette prise de position de la Cour d’Appel de Trieste. «L’Italie pays d’immigration récente, il y a encore peu d’intégration des maghrébins qui sont souvent stigmatisés», explique-t-elle. Dans une Italie du Nord gouvernée par le parti «raciste et scissionniste» de la Ligue du Nord, elle accueille ce jugement avec scepticisme: «Vu les motivations hasardeuses des juges, il y a peu de chance qu’il fasse jurisprudence».

17:17 Publié dans Action psy | Lien permanent | Commentaires (0)

18/07/2009

Fils à papa

Filsapapa.jpgLe capitalisme français est-il génétiquement modifiable? Leurs familles prospéraient, ils prospèrent, leurs fils prospéreront. Lorsqu'on parcourt le classement 2007 des fortunes de France du magazine Challenges Challenges no 88. , on croit lire un digest du Bottin mondain. Les trois personnes les plus riches de l'Hexagone sont des héritiers: Bernard Arnault, Gérard Mulliez, Liliane Bettancourt. Sur les 20 premiers, 14 sont des fils de famille, de Martin Bouygues à Serge Dassault en passant par Vincent Bolloré. Quant aux grands patrons qui ont fondé une entreprise sans en avoir hérité, la plupart tentent de créer une nouvelle dynastie familiale en passant le flambeau à leurs enfants. Ainsi, l'homme d'affaires François Pinault a transmis les commandes de son empire à son fils François-Henri, Francis Bouygues à son fils Martin, Marin Karmitz les commandes de MK2 à son fils Nathanaël (29 ans). Chez Gaumont, Sidonie Dumas a remplacé son père, Nicolas Seydoux, à la tête du directoire et le coiffeur Jacques Dessange a passé ses ciseaux à son fils cadet Benjamin.

Les calamiteuses tribulations d'Arnaud Lagardère à la tête du groupe légué par son papa montrent pourtant que le sens des affaires n'est pas héréditaire. «Le père était un aigle, le fils un faucon, le petit-fils un vrai con», dit un proverbe bamiléké. L'endogamie s'observe aussi dans la musique, au cinéma, à la télévision, où le talent n'est pas clonable. On se croirait à Monaco, Albert succédant à Rainier... Fils et filles à papa sont partout, et pas seulement dans les états-majors des entreprises. Sur les plateaux de cinéma, comme Charlotte Gainsbourg et Lou Doillon (filles de Jane Birkin), Julie et Guillaume Depardieu, Laura Smet (fille de Johnny Hallyday et de Nathalie Baye), Eva Green (fille de Marlène Jobert), Sarah Biasini (fille de Romy Schneider) ou Arthur Jugnot. Dans les studios d'enregistrement (Marie Modiano, Jennifer Ayache - chanteuse et fille de Chantai Lauby-, David Hallyday, Pierre Souchon, Mathieu Chédid fils de Louis, Arthur H fils de Jacques Higelin), les prétoires (Arno Harsfeld, Antonin Lévy, fils de BHL) et les maisons d'édition (Mazarine Pingeot ou Justine Lévy, fille de BHL) et même chez les top models, comme Marie de Villepin. A la télévision comme Marie Drucker, Benjamin Castaldi ou Guillaume Debré, fils de Jean-Louis. En politique, tel François Baroin, Marine Le Pen, Nathalie Kosciusko-Morizet, fille de François Kosciusko-Morizet, maire de Sèvres, et soeur de Pierre Kosciusko-Morizet, 29 ans, PDG de Priceminister, ou Arnaud Péricard, fils de l'ancien maire de Saint-Germain-enLaye, candidat aux municipales.

«La tendance à la reproduction sociale et génétique des élites s'est systématisée, observe Frédéric Teulon, qui dirige le département économie et sciences sociales du pôle universitaire Léonard-de-Vinci. Elle conduit désormais à la perpétuation des lignées familiales à la tête des grandes entreprises, des médias et de l'Etat. Un phénomène amplifié par la médiatisation, qui donne au nom de famille une importance toujours plus grande.»

Dans son livre les FFD. La France aux mains des fils et filles de.... (Bourin éditeur) , il dresse la liste des 500 familles les plus visibles ou les plus influentes qu'il classe par espèce: dynasties administratives (Debré, Giscard d'Estaing), familles de chefe d'entreprise (Mulliez, Dassault), famille de comédiens (Cassel, Brasseur, Deneuve), de juristes (Lyon-Caen, Teitgen), de journalistes (Poivre d'Arvor, Servan-Schreiber), d'éditeurs (Fasquelle, Flammarion), etc.

C'est quoi, le problème?

Ce phénomène n'est pas neuf mais prend d'autant plus de relief que le reste de la société française est en crise. Au même moment, les rejetons des classes moyennes - soit 80% de la société française - sont confrontés à un véritable déclassement. Même s'ils sont plus diplômés que leurs aînés, les jeunes de 2007 sont la première génération qui, en période de paix, réussit matériellement moins bien que ses géniteurs. Ces jeunes personnes ont suivi en moyenne deux années d'étude de plus que leurs aînés, et pourtant elles connaissent le chômage, la précarisation, la dépendance aux parents. «En 1968, on pouvait être instituteur à 19 ans, avec un baccalauréat. On pouvait se faire tout seul sans parents derrière soi, dit le sociologue Louis Chauvel, auteur de l'excellent (et déprimant) essai les Classes moyennes à la dérive (La République des idées, Seuil). Il y avait de vraies marges d'ouverture pour se réaliser soi-même par le travail salarié, de vraies capacités de progression.»

Aujourd'hui, dans le monde économique, dans les médias, le show-biz, la presse, l'édition, on assiste à une multiplication des «fils de-fille de», parce qu'il est de plus en plus difficile de se faire tout seul. «Dans la société des Trente Glorieuses salariales, l'éducation et le travail généraient un courant de mobilité ascendante. On assiste aujourd'hui à un véritable retour de manivelle», note Louis Chauvel. En 1968, il y avait 6% de taux de chômage dans les douze mois de la sortie des études, et on pouvait choisir son employeur plus que l'inverse: les places étaient plus nombreuses que les candidats. Aujourd'hui, c'est l'inverse. Il y a 25% de taux de chômage dans les douze mois de la sortie des études. «Malheur à qui n'a pas le soutien du capital de sa famille, estime Louis Chauvel. S'il suffisait naguère de réussir les bons concours pour entrer dans les cercles dont on était a priori exclu par la naissance, la perspective contemporaine est plus inquiétante puisqu'elle semble exiger de plus en plus d'avoir des parents ayant eux-mêmes constitué un capital économique pour se maintenir dans les cercles centraux. «Depuis vingt-cinq ans les salaires stagnent alors que le prix des loyers, par exemple, a été multiplié par quatre. Impossible d'acheter un appartement pour un jeune couple né dans le cours des années 60-70 sans famille pour l'aider. Les jeunes diplômés vivent un appauvrissement. Au sein même des classes moyennes, s'en sortiront mieux ceux que leurs parents peuvent aider en finançant les bonnes études, en aidant à l'acquisition du premier logement ou en se portant caution solidaire... Louis Chauvel dénonce «l'accumulation patrimoniale», devenue une ressource grandissante. «L'ennui, c'est qu'elle est extrêmement înégalitaire.»

Dans une société qui inscrit l'égalité au fronton des écoles, la famille est de plus en plus une clé pour la réussite. La méritocratie républicaine est en panne, y compris à l'ENA, où les enfants du sérail sont les chouchous. Les élèves de la promotion Léopold Sédar Senghor ont pointé du doigt les «héritiers généalogiques», enfants d'énarques qui, s'ils ne représentent que 0,01% d'une classe d'âge, représentent 4,4 %du total des élèves de leur promotion. Pis, ils occupent 27,7% des postes offerts dans les grands corps. Curieusement, les enfants d'énarques ont décroché des notes de stage largement supérieures à celles de leurs camarades, avec une moyenne de 9,3 sur 10, contre 7,6 pour l'ensemble de la promotion. Un comble pour ce creuset de la méritocratie républicaine. On ne peut plus, aujourd'hui, se faire seulement par son propre travail.

Capitalisme familial, les bons côtés

En France, les sociétés familiales ont le vent en poupe. Entre 1990 et 2006, elles ont progressé de 639% contre 292% pour le reste du CAC 40. «Un différentiel significatif qui prouve sur le long terme la robustesse de ces entreprises», indique une étude du groupe Oddo, qui fait de la gestion de patrimoine. Oddo propose même un fonds particulier, Oddo Génération, qui ne recèle que des valeurs familiales. Selon une autre enquête, du Crédit suisse, les entreprises exclusivement ou majoritairement aux mains d'une famille sont plus performantes que celles à l'actionnariat plus diversifié. Pour quelles raisons? Elles privilégient la stratégie à long terme sur la performance rapide, contrôlent le management et s'attachent à leur coeur de métier: ce qui guide une famille, c'est la préservation de son patrimoine. Ainsi chez BMW, la famille Quandt a empêché la direction de s'éloigner de son coeur de métier, l'automobile, alors que Daimler Chrysler s' ouvrait vers l'aéronautique et la défense, avec les ennuis qu'on sait.

Le capitalisme familial n'est pas une exception française et offre les mêmes performances dans toute la zone euro, où plus de la moitié des sociétés cotées sont des sociétés familiales. Mais le CAC 40 est l'indice européen qui compte le plus grand nombre de groupes familiaux. Et, caractéristique franco-française, les héritiers gèrent eux-mêmes l'entreprise qui leur a été transmise. Comme en Inde, en somme.

Capitalisme familial, les mauvais cotés Rares, en France, sont les groupes comme L'Oréal dirigé non pas par l'héritière Liliane Bettancourt, mais par un véritable manager. Jean-Paul Agon, le nouveau patron, a fait toute sa carrière à l'intérieur du groupe depuis sa sortie d'HEC, comme avant lui lindsay Owen- Jones. Là, c'est le diplôme de grande école qui a servi de sésame. Dans la majorité des cas, les fils ou plus rarement les filles succèdent à leur père, lorsque celui-ci leur lègue une entreprise en bonne santé. «En France, il est quasiment impossible de léguer son entreprise à l'un de ses cadres. La législation privilégie la transmission familiale», note l'économiste Thomas Philippon, qui enseigne la finance à la Stem School Of Business de New York. Il est l'auteur du remarquable Capitalisme d'héritiers Le Capitalisme d'héritiers, la crise française du travail, de Thomas Philippon, Seuil, 10,50 Euros. , qui pour 10,50 Euros a le mérite d'offrir un regard neuf sur la crise traversée par la société française.

La première mesure en faveur de la transmission des entreprises date de 2000 La série de mesures facilitant les successions votées le 22 août dernier par l'Assemblée nationale ne concernent pas les familles les plus riches, dont les patrimoines sont bien supérieurs aux nouvelles franchises de 1 50 000 Euros accordées. : elle permet, lorsque le légataire s'organise de son vivant, une réduction d'ISF et un abattement des trois quarts des droits de succession si l'héritier prend l'engagement de conserveries titres de l'entreprise pendant six ans. «Seules les familles qui n'ont pris aucune disposition anticipatrice restent lourdement (axées, dit Jean-François Humbert. notaire à Paris. Mais les familles du CAC 40 sont suffisamment bien conseillées pour s'organiser.» La loi, en exigeant que l'héritier exerce des fonctions dans l'entreprise, encourage le népotisme. «C'est comme si on sélectionnait l'équipe olympique de 2020 parmi les enfants aînés des médaillés d'or de 2000», selon le milliardaire américain Warren Buffett. En revanche, un entrepreneur ne peut léguer sa société à un cadre méritant sans être lourdement taxé.

Les enfants gâtés

«La vie ma suffisamment gâté pour que je ne me plaigne pas», a dit Arnaud Lagardère devant la commission des Finances de l'Assemblée nationale. C'est le moins qu'on puisse dire. Fils et filles de bénéficient à l'allumage d'un avantage exceptionnel et privilégié, un training d'initiés. De celui qui est destiné à hériter, sa famille s'efforce de faire «un bon». A son fils François-Henri, le self-made-man François Pinault a fait donner des cours privés pour qu'il intègre HEC. Ses marchands d'art contemporain ont également formé le goût de son fils. Mais le père a bâti son groupe à l'instinct: est-ce réellement transmissible? Lorsque le fils ou la fille à papa rejoint l'entreprise familiale, il ou elle emprunte directement l'ascenseur de l'étage «direction». Là, on lui confie une première mission et, bien encadré, il fait ses premiers pas. De Pinault Distribution qu'il dirige à l'âge de 29 ans à la direction de PPR, François -Henri Pinault n'a connu que l'entreprise paternelle. «Je suis heureux d'avoir été sélectionné pour mes seules compétences», a-t-il déclaré à Enjeux-les Echos, à peine nommé.

Le premier Playmobil de Delphine Arnault a été la société John Galliano. A 32 ans, la fille aînée de Bernard Arnault est aujourd'hui administratrice de LVMH, et directrice de la stratégie cuir et maroquinerie de Dior. Son arrière-grand-père, Etienne Savinel, était un entrepreneur du BTP et son grand-père, Jean Arnault, un industriel du Nord. Son père Bernard a créé l'empire LVMH en se lançant dans le luxe en 1984 avec la reprise de Dior. Ravissante tige blonde, Delphine Arnault est loin de ressembler à l'héritière Paris Hilton: elle a fait de bonnes études, l'Edhec et la London School Of Economies & Political Science. Une fois diplômée, elle a travaillé deux ans chez McKinsey avant de rejoindre l'entreprise de papa. A 29 ans, elle rafle un poste de directrice: du jamais-vu dans le groupe. «J'ai été observée les deux premières semaines, racontait-elle récemment. Les gens s'inquiétaient. Mais, après, tout a été normal «Volontaire, accrocheuse, Delphine ne joue pas les divas. «En voyage, elle se lève à l'aube, enchaîne les rendez-vous, veut tout savoir, se passionne pour les produits», note un témoin qui l'a vue en Italie superviser la collection d'accessoires ou la fabrication des chaussures. Certes. A diplôme égal, il n'est pas sûr que d'autres cadres auraient obtenu aussi rapidement un poste si brillant. «Ces fils de ne sont ni mauvais ni bons, ils sont moyens», note un observateur. Antoine, le jeune frère de Delphine, a lui aussi été coopté au conseil d'administration, à l'âge de 28 ans. «J'ai la chance de connaître la plupart des administrateurs, comme Albert Frère ou Arnaud Lagardère, qui est un de mes modèles», a déclaré le malheureux Antoine. Après un diplôme à Dauphine et HEC Montréal. Antoine a fait ses games sur le Net en fondant Domainoo (noms de domaine), avant de le revendre. Fin 2002, il a rejoint Vuitton, «une marque [qu'il] aime et [qu'il] sen[t]».

De la même façon, les enfants de JeanClaude Decaux (15e fortune de France), Jean-Charles et Jean-François, se partagent le pouvoir au sein du numéro un mondial du mobilier urbain. «J'aurais détesté avoir desfils à papa qui se baladent dans de belles voitures et traînent aux Deux Magots, dit l'inventeur de l'Abribus. Cela aurait été pour moi la puis grande douleur.» Ses deux fils ont fait leurs armes à l'étranger, l'un en Allemagne, l'autre en Espagne. Christian Courtin-CJarins est devenu, en 2000, président du directoire de Clarins, après plus de trois décennies passées au côté de son père, Jacques, fondateur de la société de cosmétiques. Son frère Olivier travaille avec lui. Christian Courtin verrait bien ses filles, Claire, 20 ans, et Virginie, 22 ans, le rejoindre, une fois leurs études finies. A 34 ans. Rodolphe Saadé dirige CGM-CMA. troisième groupe mondial de transport maritime en conteneurs, fondé par son père Jacques et son oncle Johnny. Patrick Partouche, 42 ans, poursuit l'oeuvre d'Isidore à la tête de la cinquantaine de casinos qui portent leur nom. Nicolas Rousselet est désormais le PDG des Taxis G7 créés par son père André.

On peut être un fils de famille sans être une quiche

On peut être un fils de famille sans être une quiche. Et même être plutôt bon. Dans ce cas, tout le monde vous cite en exemple. Chez Danone, Franck Riboud, le plus jeune fils d'Antoine, a dû faire ses preuves, et les a faites. Lorsqu'il fut nommé aclministrateur il y a quelques années, un actionnaire demanda: «Ce M. Franck Riboud, dont vous nous demandez d'approuver la nomination est-il quelqu'un de votre famille? Si oui.BSN serait- il devenu une société familiale?» Du tac au tac, Antoine Riboud répondît: «Je ne vois pas pourquoi s'appeler Riboud serait un handicap chez BSN.» Homemade, Franck Riboud a bénéficié, il est vrai, d'une formation sur le tas enviable et enviée.

Diplômé de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne, il entre comme contrôleur de gestion chez Panzani, l'une des filiales les plus intéressantes du groupe, avant de peaufiner son apprentissage chez Danone et L'Alsacienne. Il acquiert une expertise à petite échelle: financière, commerciale et marketing, les trois vecteurs porteurs de l'entreprise. Mais, depuis, il a considérablement développé le groupe à l'international. D'ailleurs il doit son poste à ses seules compétences, puisque Danone est détenu en majorité par des fonds anglo-saxons, qui ne sont pas obligés de le reconduire dans ses fonctions. Il ne peut compter que sur un bloc d'actions détenues par sa famille qui se limite à 1%, et tire sa légitimité de son savoir-faire.

De la même façon, Vincent Bolloré, qui n'a hérité que des dettes de son père, ne doit sa soif de réussite qu'à lui-même (et peut-être à la ruine de sa famille, qui l'a rendu teigneux) . Martin Bouygues, treizième fortune de France, a remarquablement succédé à son père: il est aujourd'hui à la tête d'un groupe quatre fois plus important que celui légué par Francis. S'il ne gère pas en direct, il agit en actionnaire qui fixe les grandes orientations. Il est vrai que son père, Francis Bouygues, avait testé ses autres héritiers, Nicolas et Corinne, avant de les écarter au bénéfice de son fils cadet Martin, simple bachelier. Celui-ci a débuté en 1974 sur le pharaonique chantier des Halles, avant de créer Maison Bouygues avec son frère Nicolas. «Il existe aussi des familles de sériai entrepreneurs, dit Eric Tréguier, auteur du classement des fortunes de France du magazine Challenges. SurleWeb, par exemple, comme la famille Rosenblum.» En 1970, le père et l'oncle créaient Foto- vista, un énorme labo de développement photos. Les deux fils, Steve et Jean-Emile ont été des pionniers du commerce en ligne, créant notamment Pixmania avant de revendre le groupe.

A quoi sert un fils à papa?

Pourquoi accorde-t-on une telle place au fils à papa en France? «Associé au paternalisme, il constitue une stratégie efficace pour limiter les conflits sociaux: l'entreprise familiale est bien adaptée à la jungle des rapports conflictuels», note Thomas Philippon. Il y a une autre raison. Même lorsqu'il n'a pas inventé la Lune comme Arnaud Lagardère, le président honoraire des amis de Roland Garros, le «fils de» naît avec un carnet d'adresses accroché au cordon ombilical. Ce qui aide beaucoup à faire des affaires. Le fastueux mariage de Delphine Arnault avec un héritier d'une dynastie turinoise de vins et spiritueux, Alessandro Vallarino Gancia, 38 ans, déjà administrateur de LVMH, il y a deux ans, donne une idée du réseau qu'entretient sa famille. «Le gotha, la politique et le monde des affaires s'étaient donné rendezvous dans la cathédrale Saint- Jean-Baptiste de Bazas [Gironde] , classée au patrimoine de l'Unesco, où le père Benoist de Sinetry reçut le consentement des époux, devant un parterre de personnalités, raconte le chroniqueur Stéphane Bern, spécialiste des familles royales. Bernadette Chirac, qui s'offrit en prime une acclamation populaire en allant saluer les autres mariés de l'aprèsmidi, les ministres Thierry Breton, JeanFrançois Copé et Renaud Dutreil, (Nicolas Sarkozy les rejoignit pour le dîner au château d'Yquem et Renaud Donnedieu de Vabres au brunch dominical) mais aussi Hubert Védrine aux côtés de l'infante Elena d'Espagne et son époux don Jaime de Marichalar, les princesses Maria-Pia et Marie-Gabrielle de Savoie, le diadoque Pavlos de Grèce et son épouse Marie-Chantal, le prince Charles de Bourbon-Sicile, duc de Calabre (qui avait été choisi comme témoin par la mariée, ainsi que son frère Antoine Arnault, Ségolène Gallienne ou Khashayar Mahdhavi), et son épouse Camilla, ainsi que la princesse Olga de Grèce avec son fiancé le prince Aymone d'Aoste. Parmi les capitaines d'industrie avaient pris place Claude Bébéar, Jean-René Fourtou, Michel Pébereau, Ernest-Antoine Seillière, Henri Lachmann, Serge Dassault, le baron Albert Frère, mais aussi l'héritier Agnelli John Elkann et quelques célébrités internationales comme LizHurley, Eva Herzigova, Marisa Berenson...»

A quoi servent les gens créatifs, compétents ou méritants?

Le problème, en fait, c'est qu'une entreprise est faite d'hommes, et que pour les plus talentueux cette situation est frustrante. «Je comprends la détresse et la colère de certains salariés d'Airbus», a déclaré Arnaud Lagardère devant la commission des Finances de l'Assemblée nationale. Est-ce bien sûr? Que ressentent, aujourd'hui, les cadres et ingénieurs d'EADS qui ont porté l'aventure technologique et commerciale de l'A380 lorsqu'ils regardent le Ken hâlé qui est leur patron répondre en gloussant aux questions des députés à la commission des Finances de l'Assemblée nationale? «Le capitalisme français n'en est malheureusement pas au premier scandale de ce genre: les affaires Crédit lyonnais, Elf, Vivendi ou France Télécom constituent des précédents encore dans toutes les mémoires, note la revue Alternatives économiques. A chaque fois, un patron tout-puissant a plongé une grande entreprise dans de très graves difficultés, se jouant de ses actionnaires, qu'ils soient privés ou publics.» La revue accuse la culture du management à la française: entre héritage et parachutage, élitisme et esprit de clan, hiérarchies figées et autoritarisme. Un point de vue que partage Thomas Philippon, qui dénonce un capitalisme français privilégiant l'héritage, qu'il soit direct, sous forme de transmission successorale ou sociologique, sous la forme de la reproduction sociale par le diplôme ou le statut.

Pourquoi les Français sont-ils malheureux au travail?

«Pourquoi les Français sont-ils malheureux au travail?se demande de son côté Pierre Bilger, l'ancien patron d'Alstom. Avec le recul et la liberté d'esprit, lorsque je reviens âmes années de responsabilités, l'insatisfaction au travail est un élément qui caractérise l'entreprise française.» Selon l'enquête 2007 de l'Observatoire international des salariés, seuls 45% des salariés français estiment que leurs efforts sont reconnus, contre 56% en moyenne en Europe et 75% aux EtatsUnis L'enquête commandée par l'Observatoire international des salariés a été menée en févriermars 2007, auprès d'échantillons représentatifs de salariés de grandes entreprises et de la fonction publique. Sept pays ont été couverts (5 412 interviews): le G5 européen (France, Allemagne, GrandeBretagne, Italie, Espagne), les Etats-Unis, la Chine. . Quarante pour cent des salariés français seulement sont satisfaits de leurs possibilités d'évolution, contre 48% en Europe et 70% aux Etats-Unis. Aversion des Français vis-à-vis de l'entreprise? Pas du tout. La preuve, les Français travaillant dans des filiales de groupes étrangers - allemands ou américains - sur le territoire français manifestent plus de satisfaction et d'optimisme que ceux travaillant dans des groupes français. Ainsi, ils sont 58% à être satisfaits de leur rémunération (pour 45% dans les groupes français), 48% à penser que leurs efforts sont récompensés (pour 39% dans les groupes français) . De même, 38% seulement des salariés français travaillant pour des groupes étrangers jugent que leur situation se dégrade (pour 63% dans les groupes français) Le Capitalisme d'héritiers, la crise française du travail, de Thomas Philippon, Seuil, 10,50 Euros. . Pour Pierre

Bilger, les méthodes de management dans l'Hexagone ne sont pas épanouissantes: certes, le capitalisme familial est un gage de stabilité, mais il peut être un obstacle au renouveau des élites dirigeantes. Dans son étude le Capitalisme d'héritiers, la crise française du travail, Thomas Philippon a analysé sans parti pris la spécificité française. Appliquant une méthode statistique, comparative et historique de caractère scientifique à l'analyse de données fournies par l'OCDE, il arrive à une conclusion aussi simple que rigoureuse. S'il y a bien en France une crise du travail, elle n'est pas celle que l'on croit. Il n'y a pas de disparition du désir de travailler. Contrairement aux idées reçues, les Français accordent plutôt plus d'importance au travail que la plupart des Européens, et ils sont parmi les premiers à enseigner à leurs enfants à travailler dur. Bref, les Français ne sont pas des feignasses. Les travailleurs veulent travailler et les entrepreneurs veulent entreprendre. S'il y a d'un côté un désir de travailler et de l'autre une volonté d'entreprendre, où est le problème? «Les entreprises françaises ne pratiquent pas la promotion interne. En Allemagne, 60% des entreprises sont dirigées par des hommes entrés comme cadres. En France, 20%», dit Thomas Philippon. Les autres? Des fils à papa ou des parachutés de la fonction publique. «Avant la Première Guerre mondiale, déjà, on expliquait par le paternalisme le manque de dynamisme de l'économie française comparée à l'économie allemande», dit- il. Selon lui, cette situation a des racines historiques profondes: d'un côté, un syndicalisme figé dans une attitude de conflit. De l'autre, les hiérarchies rigides et le management autoritaire du capitalisme familial. Au milieu, des salariés frustrés, parce qu'ils ne peuvent pas prendre d'initiatives et que leur mérite n'est pas reconnu. Les cas de réussite en interne sont si rares qu'on les cite comme des phénomènes. La trajectoire d'un Jean-Pascal Tricoire chez Schneider Electric est une exception. Ce cadre, qui vient de succéder à Henri Lachmann, n'est pas un héritier. Il n'a fait ni HEC ni l'ENA ni Polytechnique il n'est «que» diplômé de l'Ecole supérieure d'électronique de l'Ouest Mais il a passé vingt ans à vendre Schneider autour du globe, accompagnant la croissance d'un groupe désormais très implanté à l'international. Ensemble, Lachmann et Tricoire ont fait progresser le groupe de 60% en deux ans.

A la tête de Sanofi Avenus, Jean-François Dehecq est un des autres rares exemples de cadre devenu patron. Orphelin de père à 16 ans, il est «seulement» ingénieur des Arts et Métiers et a fait sa carrière chez Elf Aquitaine, dont il a développé le pôle hygiène et santé. Même parcours pour un Christophe de Margerie chez Total, qui n'a pas fait l'X-Mines comme ses prédécesseurs. Pour un Tricoire, un Margerie ou un Dehecq, combien de boulons à la tête d'entreprises familiales? «Quand on observe le gigantesque gâchis que l'incurie d'un Arnaud Lagardère, actionnaire de référence, combinée à la soif de pouvoir d'un NoëlForgeard,aprovoqué au sein d'Airbus, on se dit que c'est au niveau de ses élites économiques, de leur recrutement et de leurs habitudes de fonctionnement que l'économie française aurait besoin d'une «rupture»», répond Guillaume Duval, rédacteur en chef d'Alternatives économiques.

Bon, maison fart quoi?

Refusant de pleurer sur le passe, beaucoup de jeunes Français, aujourd'hui, choisissent de faire leur vie au Canada, en Chine, aux Etats-Unis ou au Royaume-Uni, où leur diplôme dévalorisé dans l'Hexagone est recherché et respecté. Ces jeunes qualifiés trouvent à l'étranger ce qu'ils ne trouvent pas dans leurs pays. Dans les dix à vingt ans à venir, un tiers des patrons français céderont leur entreprise et 700 000 entreprises changeront de main. Le deuxième homme le plus riche d'Amérique, Warren Buffett, a légué la quasi-totalité de sa fortune de 44 milliards de dollars à la Fondation Bill & Melinda Gates, laissant une part congrue a ses héritiers naturels. Comme George Soros ou Bill Gates, il est opposé à la détaxation de l'héritage. Moins pour des motifs éthiques ou moraux que pour des raisons d'efficacité économique. «La plus mauvaise idée si l'on veut améliorer les relations dans l'entreprise, la justice sociale et la performance de l'économie française à long terme serait de supprimer l'impôt sur les successions», estime Thomas Philippon. Qui préconise une réforme en profondeur: financement des PME, représentativité des syndicats, réforme des droits de succession, mais aussi réforme de l'enseignement, puisque «le système d'éducation d'une société reflète le système social de cette société», selon Michel Crozier, sociologue. «La solution de nos problèmes n'est ni politique ni législative. Il ne faut certes pas négliger les réformes des institutions du marché du travail. Mais réformer sans s'attaquer aux raisons profondes du blocage est une démarche hasardeuse, car les sociétés humaines ont cette étrange qualité plastique qui les rend tout à la fois malléables et rigides, de sorte qu'on ne saurait longtemps empêcher les gens de faire ce qu'ils veulent, et qu'il est difficile de les amener à faire ce qu'ils ne veulent pas. On ne remettra pas durablement les Français au travail sans rendre le travail plus attractif et plus satisfaisant pour tous», écrit Thomas Philippon. Le véritable enjeu, c'est la capacité à travailler en groupe, dans le respect mutuel. Une initiation qui commence... à l'école.

Marie-Dominique Lelièvre, Marianne 2,  17 Novembre 2007

18:53 Publié dans Action psy | Lien permanent | Commentaires (0)

15/03/2009

Le moment de fraternité

Elisabeth Lévy s'entretient avec Regis Debray.

01:41 Publié dans Action psy | Lien permanent | Commentaires (0)

21/10/2008

Coran et liberté de penser

Il y eut une époque où l’on avait le droit de critiquer l’entourage du Prophète, où les controverses religieuses se faisaient avec une grande liberté de ton, où des érudits musulmans glorifiaient l’athéisme. Aujourd’hui, nombre de débats relatifs à l’islam présentent leur problématique sous la forme d’une unique alternative : l’abandon de la foi ou l’expression intégraliste. Dans cet article, un linguiste et un historien rappellent que deux principes tenus aujourd’hui pour acquis – l’impeccabilité de l’entourage de Muhammad et l’inimitabilité du Coran – se sont établis progressivement. Il s’agit, en d’autres termes, de réconcilier l’Islam, la science des textes et le libre examen.

 Suite>>>>>>>>>>>>>...

13:33 Publié dans Action psy | Lien permanent | Commentaires (0)

10/06/2007

Loi de puissance

La probabilité qu'un nouveau venu dans un réseau social crée des liens avec un membre donné de ce réseau est proportionnelle au nombre de liens déjà créés par ce membre. C'est une conséquence de la loi d'attachement préférentiel.

07:14 Publié dans Action psy | Lien permanent | Commentaires (0)

13/05/2007

L'oeuf & la poule

Une poule, c'est seulement le moyen qu'a trouvé un oeuf pour faire un autre œuf.
 

Edward O. Wilson

08:40 Publié dans Action psy | Lien permanent | Commentaires (0)